Pause rafraîchissante à Dalat

Nous quittons Hoi An en bus couchette que nous souhaitons tester car nous avons beaucoup de kilomètres à faire pour entamer notre descente vers le sud. Nous avons des sièges allongés qui ressemblent à des luges ou à un coffre dans lesquels nous glissons nos jambes… mais impossible d’y tenir allongé pour ceux qui mesurent plus d’1m70! Philippe essaiera de tordre ses jambes comme il peut, mais nous pensons à certains amis très grands qui n’auraient jamais pu se plier en 4 pour entrer dans ces sièges! Au démarrage, les lumières se tamisent et confèrent une petite ambiance boîte de nuit !

 

IMG_1822

Autour de nous tout le monde ronfle dés 19h. A 19h30, extension des feux, plus une lumière dans le bus! Après leur journée de plage, les enfants s’endorment peu à peu… réveillés bientôt vers 22h pour la pause dîner ! Nous continuons ensuite la nuit puis nouvelle pause à 1h du matin.

Nous pouvons enfin entamer la nuit et tout le monde dort… sauf Philippe et moi occupés à regarder la conduite des chauffeurs… façon vietnamienne: passage en force, dépassement dans les côtes, virages serrés… Nous nous remémorons notre discussion avec un Français expatrié depuis 35 ans à Hoi An (à tel point qu’il n’a jamais entendu parlé de Nantes!) qui nous déconseillait le bus en disant que les conducteurs étaient tous des toxicomanes alcooliques à la conduite excessivement nerveuse et rapide, qu’ils appuient sur le frein tout le temps et que ces derniers chauffent et qu’il faut s’arrêter pour les arroser pour éviter que le bus ne s’enflamme! (il est vrai que sur la route nous avons vu beaucoup de bus arrêtés en train d’arroser leurs roues) Bref au bout d’un moment on tire les rideaux et on finit par dormir un peu en étant pas mal secoué!

A 5h du matin, en plein sommeil nous sommes réveillés par les lumières du bus: nouvelle pause?! On incite les enfants à se rendormir mais le bus se vide et au bout de 5 minutes, nous comprenons que nous sommes arrivés…. avec plus de 2h d’avance: effectivement, ils ont roulé vite !!

Nous posons nos bagages à l’hôtel (après avoir réveillé le gardien de nuit) où l’on nous annonce que nos chambres seront prêtes vers 14h… On négocie un peu et l’on nous dit de revenir peut-être vers 9h30, connaissant les asiatiques qui ne veulent pas perdre la face nous savons que ce n’est pas une garantie !

La matinée va être longue et nous partons à la découverte de Nha Trang, une station balnéaire qui avait juste le mérite d’être sur le chemin entre Hoi An et Dalat. Le jour se lève et nous découvrons avec stupeur que les vietnamiens sont déjà en pleine effervescence! Certains se baignent dans la mer, d’autres font leur footing ou du taichi, des hauts parleurs distillent de la musique, il n’est même pas 6h! C’est un magnifique spectacle avec le lever du soleil et la mer turquoise en toile de fond…. que nous n’apprécions sans doute pas à sa juste valeur, fatigués par notre voyage et occupés à chercher un banc à l’ombre (il fait déjà très chaud !) pour s’y allonger.

Nous attendons quelques heures et après le petit déjeuner nous retournons à l’hôtel où nos chambres sont prêtes et où nous nous empaffons!

Le reste de la journée consistera à profiter de la plage qui n’a pas grand intérêt. Nous sommes loin de notre petite plage favorite de Hoi An sous les cocotiers! Ici, nous payons matelas et parasol, dans un environnement citadin, entourés de Russes!

Il faut dire que Nha Trang est colonisée par les russes, toutes les enseignes et tous les menus sont écrits en russe, la ville n’a aucun charme particulier et nous pourrions être dans n’importe quelle station balnéaire au monde.

Nous la quittons le lendemain. Nous avons décidé de changer de compagnie de bus en espérant que ce sera mieux. Nous nous retrouvons dans un bus couchette de jour (après un premier transfert dans un bus de ville bondé d’une gare routière à une autre) pour un trajet de 4h. Nous pensions avoir réservé nos sièges, tous les 5 côte à côte en haut, mais nous nous retrouvons en bas et pour Philippe et moi dans les dernières places du fond où nous avons l’impression d’être dans un cercueil, sans ventilation et avec le plafond à 5cm du nez! De plus, Philippe a une vue sur la route ce qui lui permet de s’effrayer de la conduite du chauffeur! Arrivés à Dalat, nous sommes convaincus: nous rejoindrons Ho CHi Min Ville, notre prochaine étape, en avion pour ne pas revivre un trajet de 8h dans ces conditions!

Nous arrivons néanmoins vivants et à part l’oubli d’une liseuse dans le bus (la plus grosse perte de notre voyage jusque-là en espérant que ça s’arrête,  après un doudou dans la baie d’Along, un bas de pyjama à Tam Coc, une brosse à dent à Sapa, une pince à épiler sur le pont suspendu de Nong Kwa, une lampe frontale dans la réserve d’éléphant, un sac de vêtement à Takhek et une paire de lunettes de soleil à Hué), tout va bien.

La perte de notre liseuse sera même compensée financièrement, plus tard, par un porte feuille trouvé dans la rue et dont personne ne veut… et qui contient la somme correspondant au coût de la liseuse!

Nous découvrons Dalat, ville fondée par les français et dont les influences françaises sont encore très visibles: cathédrale, grandes demeures coloniales et même une antenne radio en forme de tour Eiffel!

IMG_9141
Dalat et sa petite « tour Eiffel »!

Notre hôtel est très sympa. Il n’y a que quelques chambres à la décoration contemporaine conçue par des architectes. Il y a même une cuisine pour manger sur place. Tout cela donne l’impression d’être un peu chez soi…

Mais, grande particularité, pour la 1 ère fois depuis 2 mois 1/2, nous ne suffoquons pas sous la chaleur. Dalat est réputée pour pour son climat printanier, d’où les serres qui parsèment le paysage autour de la ville et des cultures de fruits, fleurs et légumes un peu partout, et oui ici il ne fait guère que 20 degrés! Nous irons nous acheter des sweats à 5 euros sur le marché nocturne car pourtant ravis de cette fraîcheur au départ, nous avons vite froid!

Comme le climat est vraiment différent du reste du pays, on trouve ici des produits auxquels on ne s’attend pas: fraises, mûres (que nous dégusterons le dernier soir dans la cuisine de notre petit hôtel), artichauts, asperges… et pour la première fois depuis le début de notre voyage, nous n’arroserons pas notre repas avec une bière locale (nous avons déjà testé la Hanoi Beer, Lao Beer, Huda Beer, Larue Beer, Saigon Beer…) mais avec du vin, car à Dalat on fait aussi du vin (pas mauvais d’ailleurs)!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous nous promenons dans la ville, autour du lac et allons visiter cette curiosité architecturale qu’est la maison folle. Mélange de Gaudi et de Dali, les enfants adoreront se perdre dans les dédales de cette maison transformée en hôtel, hymne à la nature, avec des formes alambiquées parfois en girafe ou en éléphant. Au milieu de notre visite, une voiture rentre dans les lieux en fendant la foule de touristes russes et asiatiques et en sort l’architecte venue contrôler les derniers travaux! Il s’agit de la fille d’un ancien président du Vietnam et visiblement une personnalité extravagante.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour notre dernier jour, nous ne pouvons louer des motos (ici sans permis international c’est compliqué de louer des motos et nous risquerions de fortes amendes). C’est donc en mini van privé avec chauffeur et guide que nous allons nous promener autour de Dalat. Notre guide nous fait visiter un village d’horticulteurs et une plantation de café où nous dégustons un café, dont les grains sont au préalable digérés par des belettes puis extraits de leurs excréments avant d’être torréfiés!!! C’est très bon et très cher!

Nous irons également admiré une pagode où trônent des « lady Bouddhas » et le fameux Happy bouddha.

IMG_1037

Nous nous promènerons dans un village d’une minorité ethnique, les k’ho où contrairement à ce que le guide nous raconte, vantant les efforts du gouvernement pour les intégrer, les tensions sont palpables. D’ailleurs notre voiture est arrêtée un peu à l’écart, le guide parle tout bas et nous traverserons en voiture assez vite la zone la plus peuplée. Les K’ho sont catholiques ou protestants mais avec des cultes particuliers (ils gardent leur mort 3 ans auprès de leur maison avant de les enterrer), vivants en communauté, leur société est matriarcale et comme beaucoup de minorités que nous avons déjà rencontrées, sont très pauvres, vivant dans de maigres logis en bois sans fenêtre, ils se marient et ont des enfants à 12 ans. Opprimés par le gouvernement vietnamien, beaucoup ont participé à la guerre côté Américain et l’ont payé chèrement ensuite. Toutes leurs tentatives de rébellion pour récupérer leur terre, leur langue, leur droit de culte, ont été violemment réprimées.

IMG_9156
Dans le village de la minorité K’ho

Nous continuons ensuite notre tour par la visite d’une fabrique de vers à soie où nous suivons toutes les étapes, de l’élevage des vers jusqu’au tissage et nous terminons par une dégustation de larves (ce sont en fait les vers morts dans leur cocon avant de devenir papillon que nous mangeons): ça a un petit goût de noix pas désagréable!

Mais nous préfèrerons les criquets grillés que nous dégusterons dans un élevage de criquets où ils fabriquent aussi de l’alcool de riz (que nous goûterons également!), une ferme qui ressemble un peu à un zoo car on y trouve aussi des hamsters, des porc-épics, des daims et des crocodiles !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous terminerons notre tour de Dalat par l’ancienne gare de 1930 construite par les français avec des trains à crémaillère .

 

Cette journée a été très riche et complète, on ne regrette pas nos motos car la pluie nous a accompagnée une bonne partie de la journée, il faut dire que la saison des pluies vient de commencer ici et il y en pour 6 mois!

Nous sommes prêts après cette pause rafraîchissante à gagner la chaleur d’Ho chi min ville…

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Marianne dit :

    Hello à vous 5. Je vous décerne « l’Oscar 2017 » du meilleur blog « voyage en famille » avec les félicitions du jury pour la beauté des images, la qualité des commentaires, la créativité et spontanéité des acteurs et actrices, sans oublier la dimension enrichissement culturel de vos lecteurs. Ne me demandez pas quelle allure a la statuette de cet « Oscar » spécifique mais je le vois plein de belles couleurs chatoyantes et aux lignes asiatiques! A chacun(e) de vous,alors que le voyage tire à sa fin, grand merci pour ce partage, votre implication pour le rendre vivant, si vivant! A la famille Rondeau, je « tire mon chapeau ». Et à bientôt de se revoir!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s