Phu Quoc: seuls sur la plage…

Nous quittons Can Tho en « sitting bus » mais à part le fait que nous soyons assis et non allongés, le voyage ressemble à nos précédentes expériences en bus: au bout de 20 minutes, le chauffeur s’arrête 1/2 heure pour manger et le reste du temps il roule comme un fou en appuyant en permanence sur le klaxon! Mais encore une fois, nous arrivons sains et saufs à Rach Gia, le port d’où nous prendrons le bateau le lendemain pour l’île de Phu Quoc. Ici c’est la tempête: pluie et vent. La ville n’a aucun intérêt et attire peu de voyageurs occidentaux, d’ailleurs la seule personne de la ville qui parle anglais est la réceptionniste de notre hôtel, hôtel que les enfants « kifferont » car il y a dans les chambres des jeux à disposition (petits chevaux, dames, dominos…), ce qui les fera patienter en attendant l’heure de notre bateau.

Le bateau est plein à craquer car comme dans les bus, les vietnamiens ne réservent pas de places pour leurs enfants et se retrouvent souvent à deux sur une place. Nous passons donc 2 heures 1/2 de traversée dans un brouhaha incessant, rythmé par une musique entêtante. En effet, des écrans diffusent une sorte d’émission de variété qui n’a rien à envier aux émissions de Michel Drucker dans les années 80 (décors kitchs, chorégraphies ringardes et chanteurs romantiques…). Nous sommes soulagés d’arriver enfin pour trouver un peu de calme mais il faudra d’abord survivre à la ruée pour sortir du bateau sans se faire écraser par les uns ou alpaguer par des chauffeurs de taxi un peu agressifs! Ces épreuves passées, nous arrivons à notre hôtel de l’autre côté de l’île: des bungalows en bois disséminés sur une colline boisée qui descend vers la plage.

Nous sommes presque les seuls clients et adoptons ici un rythme de folie: en nous levant, nous allons nous baigner puis nous nous installons à une table au bord de l’eau pour prendre notre petit déjeuner. Nous passons ensuite la matinée entre la mer et les transats sur la plage. Quand la faim se fait sentir, nous retournons nous installer à table, puis sieste sur la plage et baignade.

Parfois une averse vient rompre cette monotonie mais elle est de courte durée et au bout d’1/2 heure nous pouvons reprendre notre routine sous le soleil revenu… jusqu’à la tombée de la nuit.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

De temps en temps un bateau de pêche passe au large, qui nous ramènera poissons et calamars que nous dégusterons le soir, grillés et juste assaisonnés de poivre de Phu Quoc et de citron vert… un délice!

Après plus de 2 mois 1/2 à barouder, nous apprécions ces 4 jours de vacances, calmes et tranquilles, à nous prélasser, seuls sur la plage…

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s